Achat, vente, location de vignes, vignobles, propriétés et domaines viticoles
 
L'actualité du foncier viticole
A lire aussi sur intervignes.com
  • Le prix des vignes déprime à Bordeaux, déchante dans le Rhône, dégrise à Cognac, défie en Bourgogne?
  • Un sondage pour chiffrer l'arrachage des vignes à 2 500 et 4 000 ?/ha
  • Nouveau cru classé de Sauternes pour la famille Planty
  • La SAFER répondra devant la justice de la vente du grand cru classé à 72 millions ?
  • Cave coopérative propose fermage gratuit de 15 hectares de vignes
  • Changement de fermier pour ce grand cru classé de Barsac
  • Pas de "grand soir du foncier" agricole, mais de "nouveaux outils de portage"
  • Deux désistements pour le futur classement des crus bourgeois du Médoc
  • Les vins AOC mobilisés pour réviser la fiscalité des cessions de vignoble en 2024
  • Un fonds d?investissement lyonnais s?implante dans le vignoble de Bourgogne

Vendredi 29 septembre 2023

Deux désistements pour le futur classement des crus bourgeois du Médoc


Le temps est fini où les châteaux bordelais quittaient un classement sur la pointe des pieds ou attaquaient avec virulence une éviction : désormais la mode semble être aux communiqués sur les décisions de ne plus se présenter à ces compétitions collectives.

Deux désistements pour le futur classement des crus bourgeois du Médoc

Après les retraits médiatisés du classement 2022 de Saint-Émilion, voici ceux anticipés de l’édition 2025 des Crus Bourgeois du Médoc. Les vignobles Pierre Jean Larraqué annoncent ne pas présenter au processus de classement quinquennal les châteaux Vernous (42 hectares en appellation Médoc) et Haut-Logat (20 ha Haut-Médoc). Le premier perdant la mention "Cru Bourgeois" dès 2021* (pour une production de 150 à 180 000 cols/an) et le deuxième à partir de 2022 (pour 70 à 75 000 cols). Ces châteaux troquent ainsi le titre de Cru Bourgeois le macaron de l’"Alliance des Récoltants" appartenant à Pierre Jean Larraqué : la communication du groupe bordelais indiquant préférer son logo privé à un classement collectif.

Mais ce retrait ne serait-il pas lié à des évolutions du classement 2025 par rapport au cahier des charges de relance de 2020 ? Par exemple le fait que le statut de cru bourgeois ne puisse plus être automatique (par mesure de transition en 2020 il suffisait d’avoir été classé cinq fois par le passé pour obtenir ce niveau d’entrée) ou qu’il y ait des obligations de certification de démarche environnementale de niveau 2 (contre un engagement en 2020) ? « C’est véritablement un choix marketing et commercial » répondent les vignobles Pierre Jean Larraqué, pour qui « avoir sur une même bouteille Alliance des Crus Bourgeois et Alliance des Récoltants apporte de la confusion », mais précise que « ce retrait n’est pas lié aux obligations de certifications environnementales pour le classement 2025 ou à d’autres évolutions du cahier des charges du classement (d’ailleurs château Vernous a validé en début d’année le dernier niveau de la certification HVE et a banni le désherbage et l’épamprage chimique depuis la campagne 2022) ».

Sélection

Si l’Alliance des Crus Bourgeois ne commente pas cette décision individuelle, il reste l’enjeu de savoir si d’autres propriétés ne candidateront pas en 2025. « Il est possible que nous observions une baisse du nombre de châteaux pour différentes raisons : décisions stratégiques individuelles, contexte économique complexe pour les vins de Bordeaux et les vins rouges en général, etc. » esquisse Jennifer Mathieu, la directrice de l’Alliance des Crus Bourgeois, qui précise qu’il n’y aura pas d’informations chiffrées avant la fin des candidatures en début d’année 2025.

                   

* : Ce décalage de millésime est lié à une commande de matières sèches réalisée avant la décision estivale de retrait du classement.